Le travail décent, l'importateur et le consommateur

Une émission d’une chaîne privée française (Capital sur M6) consacrait un reportage le 12 décembre à des importateurs français se fournissant au Maroc, notamment à un chef d’entreprise qui achète 4 euros des lanternes artisanales à Marrakech et les revend à Dijon 55 euros TTC.

 

Les auteurs du reportage estimaient sa marge à 50% du prix de détail. Interrogé sur les conditions de travail des soudeurs qui travaillent sans masque de protection, ce monsieur estimait le surcoût apporté par le respect des règles de l’OIT à 20 à 30% du prix d'achat. Il déclarait qu’il ne vendrait qu’un canapé éthique à 1000 euros contre dix canapés semblables à 500 euros, rejetant ainsi la non prise en compte du travail décent sur le consommateur.

 

Mais 30% de quatre euros, cela ne fait guère plus d’un euro, soit deux pour cent du prix de vente hors taxe… Ce n’est pas discriminant pour le client.

 

MNA