Dialogue social et RSE

"Stratégies d’entreprise et dialogue social: quelles modalités du dialogue, à quelles conditions?" Tel était le titre de la rencontre organisée par les associations Réalités du dialogue social et Entreprise et personnel le 30 novembre 2004.

 

Centrée comme le titre l’indiquait sur le dialogue social établi entre la personne morale en tant qu’employeur d’une part et le personnel et ses représentants d’autre part, la journée a fait quelques incursions sur le terrain plus vaste de la RSE et du dialogue sociétal.

 

Dario Ilossi, secrétaire du comité d’entreprise européen de l’ENI raconta comment l’entreprise énergétique italienne et les organisations syndicales ont conclu en 1995 un accord sur la constitution du comité d’entreprise européen, prévoyant la présence institutionnelle des fédérations syndicales nationales de branche et de la fédération européenne de l’énergie. Après divers autres accords - hygiène et sécurité, formation, création d’un groupe de travail mixte CEE/direction, etc., un accord était conclu en 2002 sur les relations industrielles et la RSE. Cet accord est fondé sur le respect des droits fondamentaux et prévoit une information et une consultation au niveau mondial.

 

Thierry Dedieu, secrétaire confédéral au secteur international Europe de la CFDT souligna l’importance de l’accueil fait par les grandes entreprises multinationales aux organisations non gouvernementales. Les ONG interférent sur le champ du social, note t-il, certaines ont même signé des accords avec des entreprises dont elles disaient le plus grand mal quelques années auparavant. Pour sa part, Michèle Pairault Mayzer, directeur des relations du travail à Air France fit état de la négociation avec les organisations syndicales d’une charte sociale et éthique, dont le comité de groupe européen est garant de l’application.

 

MNA