Les jardineries assument-elles leurs responsabilités ?

Avec le retour du printemps et alors que l’autorisation d’ouvrir a été donnée aux jardineries, petit coup d’œil sur les jardineries en France et leur façon d’assumer – ou pas – les conséquences environnementales de leur activité. Certains réseaux semblent se préoccuper de leur impact environnemental, d’autres beaucoup moins.

Botanic met l’accent sur le bio et prescrit les pesticides et vient de se caractériser comme « entreprise à mission » (voir http://gestion-attentive.com/societes-mission-fleurissent-ce-printemps-2021). Sur la page de présentation de l’entreprise, on lit : « En 2014, botanic® compte plus de 2000 collaborateurs dont 80% sont actionnaires. Tous partagent les mêmes valeurs et les engagements de l'enseigne, qui sont formalisés dans son projet de Responsabilité sociétale d'entreprise. »

Truffaut proclame ses « engagements RSE » et affirme que sa mission (sans référence explicite à la société à mission) est « de connecter les hommes à la nature pour les connecter à la vie. Nous agissons pour que nos activités, nos produits et nos services permettent de rétablir un triple lien entre la nature et les hommes: celui du corps, de l’esprit et du cœur. »

Gamm Vert, issu des coopératives agricoles Union Invivo, ignore totalement RSE comme impact sur l’environnement, du moins sur son site.

Jardiland, acheté en 2018 par Union Invivo, « Jardiland propose des produits de qualité qui sont fabriqués ou distribués par des partenaires respectant les normes sociales et environnementales. Pour vous accompagner dans vos achats "Responsables", Jardiland offre des produits issus d’entreprises rigoureusement sélectionnés par nos services Achat et Qualité. Elles s’engagent à respecter une charte "qualité" qui englobe les cahiers des charges techniques et le respect des conventions internationales. Les produits que vous trouverez dans nos magasins Jardiland sont pour la plupart [souligné par nous] respectueux de l’environnement et faisant l’objet de certifications telles que des produits  éco-labellisés, des produits BIO, des produits utilisables en agriculture biologique. »

On peut noter que la fédération Jardineries et animaleries de France met en place des bornes de récupération de collecte de produits chimiques de jardinage de déposer « les produits vides, périmés ou souillés », pour le moment dans environ 150 jardineries (sur 1650 magasins adhérents). Il s’agit des « engrais, phytosanitaires, désherbants, anti-mousses, insecticides » car en vertu de la loi du 6 février 2014 dite loi Labbé, les pesticides chimiques sont interdits à la vente, à l’utilisation et à la détention par les particuliers depuis le 1er janvier 2019.

-----------------------------------------

Les sites de ceux qu’on cite

https://www.botanic.com/

https://www.botanic.com/page/entreprise.html, consultée le 16 avril 2021

https://www.jardiland.com/

https://www.jardiland.com/conseils-idees/produits-responsables/

https://www.gammvert.fr/

https://www.truffaut.com/

https://www.truffaut.com/v6/rse/engagements.html

La fédération Jardineries et animaleries de France : https://jardineries-animaleries.org/

Loi n° 2014-110 du 6 février 2014 visant à mieux encadrer l'utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000028571536/

----------------------------------------

Achevé de rédiger et mis en ligne le 19 avril 2021