Chine

Les entreprises chinoises et le Pacte mondial de l’ONU (Global Compact)

Le Pacte mondial rassemble les entreprises qui « s’engagent à aligner leurs opérations et leurs stratégies sur dix principes universellement acceptés touchant les droits de l’homme, les normes du travail, l’environnement et la lutte contre la corruption. »

Rêve de Chine et responsabilité sociale

La RSE telle qu’elle est vue aujourd’hui en Chine a deux origines. La première est locale, mélange du vieux fond confucianiste et des restes du paternalisme d’Etat envers les ouvriers à statut, elle réapparait après des années de capitalisme sauvage excessif et irresponsable. La deuxième est une greffe occidentale, plutôt européenne, théorisée dans l’attention aux parties prenantes. Les deux se conjuguent dans une conception utilitariste de la RSE, qui est vue à la fois comme la manière de réduire les risques, notamment réputationnels, le moyen d’obtenir un permis social d’opérer, et celui d’optimiser la performance globale dans une vision à plus long terme.

CSR en Chine, RSE en Inde

Deux conférences universitaires exceptionnelles sur la RSE à Paris: « Corporate Social Responsibility in China » le 12 novembre; « La Responsabilité Sociale d'Entreprise : un méta-encastrement des firmes. Une analyse du cas indien » le 7 décembre.

Croissance et déséquilibres, vus de Chine et d'Europe

 Colloque « Croissance et déséquilibres mondiaux. Approches chinoises et européennes »

Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d’analyse stratégique, Laurent Batsch, Président de l’université Paris-Dauphine, Agnès Benassy-Quéré, Directrice du CEPII, Chang Chun, Directeur du Shanghaï Advanced Institute of Finance de l’université de Jiao-Tong, ont le plaisir de vous convier au colloque « Croissance et déséquilibres mondiaux. Approches chinoises et européennes ».

Les deux extrémités de l’Eurasie

 

 La Chine et l’Europe communautaire occupent les deux extrémités du continent eurasiatique, terres très anciennement peuplées et industrialisées, elles se reconnaissent mutuellement depuis des siècles un haut degré de civilisation mais présentent aussi des caractères fort contrastés. Il n’est pas question ici de se livrer à un exercice de comparaison, indiquons simplement quelques traits.

Le confucianisme et l'économie de marché

« Aucun homme n’aime la pauvreté et une humble condition. Néanmoins, il ne faut pas chercher à y échapper si on ne peut le faire honnêtement », c’est cette maxime de Confucius que le professeur Luo Guoxiang de l’Université de WuHan a mis en exergue de sa contribution à la Missive. Il était la « cheville ouvrière » chinoise de l’atelier « Management responsable » du Forum Chine Europe et connaît fort bien la France où il a séjourné à plusieurs reprises. Il nous explique ici comment la tradition confucéenne se rapproche de ce que nous Européens appelons la responsabilité sociétale.

Entreprises et politique environnementale

 par Chloé Lespagnol, participante à l’atelier

(à l’époque stagiaire au Rongead, aujourd’hui volontaire civique au REFEDD, chargée du projet mobilité).

 L’Association SEE (Society of Entrepreneurs and Ecology), travaille dans trois grands domaines, à savoir contrôler la désertification et préserver la biodiversité dans la région d’Alxa (Mongolie intérieure), soutenir les ONG chinoises agissant dans le domaine de l’environnement et enfin encourager les entreprises installées en Chine à inclure la protection de l’environnement dans leur stratégie.

Management responsable

 

par Michel Dessaigne, responsable d’IRESCA, cheville ouvrière européenne de l’atelier

IRESCA a participé au Forum Chine Europe, organisé à WuHan, la capitale du Hunei, pour une première partie de travail en atelier portant sur le management responsable, et à Hong Kong pour la plénière.

Mais qu’est ce qu’IRESCA ?

Regards croisés

 par Michel Doucin, ambassadeur chargé de la Bioéthique et de la Responsabilité sociale des entreprises, cheville ouvrière européenne de l’atelier.

Dans son intervention liminaire, le représentant du syndicat unique, M. Lui Jichen, avait affirmé que son organisation souhaitait jouer un rôle de défense des intérêts des travailleurs dans tous les domaines et prioritairement dans l’application effective des lois sociales, encore trop largement violées en Chine, la RSE venant après ce préalable. Les intervenants européens ont souligné combien la qualité des relations sociales était une condition nécessaire d’une bonne pratique de RSE, et que le canal du dialogue entre la direction et les représentants syndicaux librement élus était essentiel à cet égard.

Dialogue entre Comités économiques et sociaux

 

par Béatrice Ouin, membre du Comité économique et social européen

 Du 22 au 24 juillet s’est tenu à Shanghai un séminaire conjoint entre les Comités économiques et sociaux européen et chinois sur le commerce et le développement.

Syndicate content