Missive 35

Dans la bibliothèque: De Gaulle, une ambition sociale foudroyée

Dans la bibliothèque

Dès les premières pages de ce livre, le lecteur est plongé au cœur d’une intrigue aussi originale que décapante, ni plus ni moins que la redécouverte d’un pan souvent occulté de la pensée du Général de Gaulle: son projet social et ses réflexions sur la question du salariat, de sa transformation voire de son abolition.

Dans la bibliothèque: "Et surtout, n'en parlez à personne..."

Dans la bibliothèqueLes auteurs, journalistes économiques au Point, racontent le roman de l’escroquerie Madoff, révélée le 12 décembre 2008, le plus bel exemple qui soit de "pyramide de Ponzi".

Nourrir les humains sans dégrader la Planète

Nourrir les humains, un défi.

 

A quel(s) prix la Planète pourrait-elle nourrir 9 milliards d’humains en 2050, et sans trop être dégradée? C’est la question à laquelle tente de répondre l’initiative Agrimonde. Quelques pistes de réponses.

Le rapport de l’ORSE

Ce rapport de l’Observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises (ORSE) est le fruit d’un travail collectif dans le cadre d’un groupe de travail rassemblant DRH et syndicalistes, animé par le DRH de Peugeot-Citroën et celui d’AREVA. Nous l’avons lu attentivement.

La société civile européenne et le bien-être social

Mario Sepi, président du Comité Economique et Social Européen, issu du syndicalisme italien, était présent à Paris fin juin, introduisant le 23 un colloque de Confrontations Europe sur le "paquet climat" et participant le 24 à un déjeuner organisé par Europe et Société. Il a insisté sur la nécessité d’un plan de relance européen, alors que les Etats membres travaillent chacun pour soi. L’Europe, rappelle t-il, a d’abord œuvré pour la stabilité et la paix. Puis elle a été un moteur de démocratie, à une époque où de nombreux peuples d’Europe connaissaient des dictatures, de droite ou de gauche. Mario Sepi déplore au passage qu’il n’y ait pas de partis européens avec des sections nationales mais seulement des partis nationaux.

L'expérience de Solvay

L'espérience de SolvayOn rencontre un lien fort entre RSE et dialogue social dans le groupe chimique Solvay, qui n’est pas membre de l’ORSE.

En congé avant sa retraite fin 2009, Jean-Claude Gaudriot était le DRH France et le Directeur des Relations Sociales pour l’Europe du Groupe Solvay. Il expose brièvement ici pourquoi et comment ce groupe prend au sérieux la RSE, RSE qui se mène fondamentalement en collaboration entre direction et représentants du personnel, même si les parties prenantes externes ne sont pas oubliées.

La RSE à l'européenne

EuropeLe Conseil Economique, Social et maintenant de surcroît Ecologique accueillait début septembre au Palais d’Iéna un colloque sur le thème "La responsabilité sociétale des entreprises: un levier de transformation du dialogue social", autour du rapport de l’ORSE de même titre. En tant que présidente de la délégation pour l’Union européenne du Conseil et en raison de son investissement comme rapporteur de deux avis sur la RSE au Comité économique et social européen, Evelyne Pichenot introduisait les débats. Après avoir rappelé qu’une collaboration s’est ouverte entre les deux institutions à propos de la RSE, à l’occasion d’une conférence sous présidence française de l’Union, elle mettait l’accent sur la nécessité du dialogue social pour que la RSE soit une stratégie et non un effet de communication.

Édito: Des contradictions à dépasser

Marie-Noëlle AubergerLa RSE a parfois été opposée au dialogue social, les relations avec les parties prenantes internes en contradiction à celles entre parties prenantes internes. Par certaines directions d’entreprises clamant leur amour pour l’intérêt général porté par des organisations non gouvernementales investies d’une mission charitable ou environnementale, antagoniques à des organisations syndicales corporatistes ou à un personnel préoccupé de son seul avenir et du montant du chèque mensuel. Par des élus du personnel qui n’admettent pas que les sous-traitants se plaignent des conséquences sur leur activité des nouveaux horaires de travail dûment négociés. Par des associations de riverains refusant les sites industriels polluants et dangereux, fâchées contre les salariés qui s’obstinent à vouloir y travailler. Etc.

Syndicate content