La permaéconomie d’Emmanuel Delannoy

La permaéconomie d’Emmanuel Delannoy

couv_Delannoy_permaéconomie

Entrepreneur, conférencier, auteur, Emmanuel Delannoy a contribué à la construction de l’Agence française de la biodiversité. Il a participé à de nombreux ouvrages collectifs, dont Le Dictionnaire de la pensée écologique (PUF).

Il a publié Permaéconomie aux Editions wildproject (édition initiale 2016 ; édition de poche, mars 2021) et très récemment (18 mars 2021) Biomiméthique – Répondre à la crise du vivant par le biomimétisme.

 

« Jusqu’à récemment, l’agriculture a fonctionné "en prise directe" avec la biosphère, sans intrants. L’énergie fournie aux plantes provenait exclusivement du soleil, la matière organique était compostée et recyclée sur place, les animaux utilisés pour le labour étaient nourris avec la végétation disponible localement et leurs excréments servaient à fertiliser le col. Cette économie-là était circulaire, même si c’était plus par défaut que par résultat d’une invention.

La permaculture, loin d’être une vision passéiste, est une interprétation contemporaine, innovante et savante, de ces principes. Formalisée dans les années 1970 par les Australiens Bill Mollison et David Holmgren, elle propose un cadre systémique, inspiré par la dynamique naturelle des écosystèmes, pour la conception de système de production agricole durable.

La permaculture vise au maintien de la richesse, de la diversité biologique et de la fonctionnalité écologique des sols en tant que support de la production. (…)

« Pour tenter de formuler ce que pourrait être l’extension du cadre permaculturel au champ économique, reprenons [le paragraphe qui définit la permaculture], en remplaçant le mot "permaculture" par le néologisme "permaéconomie", le mot "sols" par biosphère, et en y ajoutant les expressions capital naturel et économique :

« La permaéconomie vise au maintien de la richesse, de la diversité biologique et de la fonctionnalité écologique de la biosphère en tant que capital naturel, support de la production économique. Cet objectif est rendu possible par :

-une utilisation soutenable des ressources naturelles et des services écologiques

- la valorisation de la diversité et des complémentarités entre production

- une approche systémique et holistique

- une sobriété dans l’utilisation des ressources et de l’énergie

- une grande intensité en travail et en information, une attention portée aux signaux faibles,

- une intention claire, une éthique et un respect du vivant. »

Ainsi reformulé, ce paragraphe offre un cadre de référence large, englobant, systémique et pragmatique ; simple à formuler et applicable à l’économie dans son ensemble. »

 

Les 12 principes de la permaéconomie sont les suivants :

1-Observer et interagir

2-Capter et stocker l’énergie

3-Obtenir une production

4-Accepter l’autorégulation et la rétroaction

5-Utiliser des ressources et des services renouvelables

6-Ne produire aucun déchet

7-La conception, des motifs au détail

8-Intégrer au lieu de ségréguer

9-Utiliser des solutions lentes et à petit échelle

10-Valoriser la diversité

11-Utiliser les bordures et valoriser les marges

12-Être inventif face au changement

 

Emmanuel Delannoy souligne que « la permaéconomie est un cadre de référence assez large pour englober toute activité économique. »

 

∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞