Machines de construction de Shantui, rapport RSE

 L’entreprise Machines de construction de Shantui, fondée en 1980 et leader chinois du bulldozer, est cotée au Shenzhen Stock Exchange depuis 1997. Le rapport 2013, publié le 24 avril 2014 est son sixième rapport RSE publié depuis 2008 (http://www.shantui.com/about/shehuizerenbaogao.jsp).

                Ce rapport souligne en particulier les points suivants:
Le respect des normes. Le rapport fait en introduction référence à l’ensemble des normes, chinoises et internationales, appliquées et à ses engagements éthiques. Le rapport est basé sur « les directives de la responsabilité sociale des compagnies du Shenzhen Stock Exchange, les directives de surveillance des biens appartenant à l'État, le Pacte mondial, les lignes directrices chinoises de responsabilité sociale des entreprises (China CSR reporting guidelines) CASS-CSR2.0, la norme ISO 26000 et le guide pour la préparation de RSE de la Fédération chinoise de l'économie industrielle en Chine et de l’Association chinoise des entreprises industrielles ».
Le système de gouvernance. La première partie du rapport décrit le système de gouvernance de l’entreprise et son évolution : « En 2013, les statuts de la société ont été modifiés pour perfectionner la structure de gouvernance et notamment pour améliorer le contrôle des investissements dans les produits dérivés et la divulgation d’informations privilégiées et renforcer le système de contrôle interne ».
L’éthique et l’intégrité. L’entreprise a mis en place « des programmes de formation, de communication afin d’obtenir les comportements appropriés et le respect des lois sur la protection de l’environnement, la qualité des produits, la protection des marques, le droit des contrats, le contrat de travail. Chaque mois elle organise des formations juridiques. Ainsi elle renforce la gestion de l’intégrité de l’entreprise ».
La lutte contre la corruption. Pour atteindre l’objectif d’« une administration propre et honnête » la société souhaite « établir et perfectionner le système de gestion pour punir et prévenir la corruption ». Elle adopte une approche orientée vers la prévention car « la promotion de l’honnêteté, la prévention des risques et le contrôle a posteriori doivent être améliorés ». Les activités d'éducation pour la lutte contre la corruption ont été renforcées pour « la prévention de l'apparition de comportements illégaux » et pour « mettre en place un gouvernement [d’entreprise] propre et honnête ».