Université de printemps et forum international à Pékin

L’Institut international de l’Audit social (IAS) a pour vocation de promouvoir la pratique de l’audit social, en France et à l’étranger via le réseau international des IAS. Ses Universités d’été et de printemps sont des moments privilégiés d’échange entre praticiens, chercheurs, commanditaires d’audit et institutions concernées. L’université de printemps 2014 a eu lieu à Pékin, Jean-Marc Peretti, qui est aussi président de l'IAS et rédacteur en chef de la revue « Question(s) de management », nous en expose les grandes lignes.
 
     Dans le cadre des cérémonies du cinquantième anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Chine, l’IAS (Institut international de l’audit social) et l’IEAM (Institut des études d’administration et de management) ont co-organisé avec l’Institut de recherche du développement politique et de gouvernance de l’université de PEKIN (IRPDG), le Centre d’innovation de la gouvernance coopérative nationale des universités de Pékin, de Fudan, de Jilin et Sun Yut-Sen, la seizième Université de printemps de l’audit social et le Forum International de l’audit social & de gouvernance de l’État, en partenariat avec l’Ambassade de France en Chine, le China Economic Times, People’s Daily, Guangming Daily, Sciences Po Chine et divers partenaires français, du 26 au 28 mai 2014 à l’Université de Pékin.
     Des enseignants, chercheurs et praticiens ont été invités à proposer et présenter des contributions explorant les apports de l’audit social au développement de la responsabilité sociétale des organisations et des pratiques de gestion des ressources humaines à l’heure des défis globaux et du changement. Quarante-cinq communications de quatre-vingts coauteurs ont été retenues, présentées lors du colloque et publiées dans les actes. Analyses de cas et/ou de différentes situations de gestion et de conduite du changement faisant le lien entre la théorie et la pratique, approches de pratiques de GRH socialement responsables, propositions de mesures concrètes contribuant à éclairer les liens possibles entre RSE et GRH, nouvelles approches de la GRH socialement responsable, sont autant de réflexions qui ont alimenté les échanges. Parmi les thèmes abordés, citons l’impact de la RSE et de la norme ISO 26000 sur la fonction RH, les missions, pratiques et actions volontaires d’une fonction RH socialement responsable, la RSE en regard des cultures, l’influence de la RSE sur l’organisation du travail, l’évolution de l’audit social vers l’audit de la responsabilité sociale, les spécificités de l’audit social dans les organisations chinoises, l’impact des normes RSE sur les performances de l’organisation et la conduite du changement.
    Quelques cent cinquante participants, chinois, français, marocains et d’autres pays ont débattu sur le thème « Gouvernance de l’État, Responsabilité sociétale des organisations et GRH à l’heure des défis globaux et du changement», et quinze ateliers et symposiums ont permis d’échanger, autour de communications et de témoignages sur des thèmes variés, allant de « Appréciation des conditions de vie au travail, de la santé et de la sécurité à l'international : audit social et soft law ou judiciarisation et hard law ?» à « Dialogue sino-européen sur les conceptions réciproques de la responsabilité sociale et de la gouvernance des entreprises », en passant par « RSE et développement de la formation des élites » et bien d’autres choses encore.
  Le 26 mai a été adoptée la Déclaration commune d’entreprises en Chine « Pour une responsabilité sociale au service de la performance ». L'Observatoire Social International (OSI), l'Institut International d’Audit Social (IAS) and Sciences Po Chine ont décidé le 30 mai 2014 de créer une branche de l'OSI en Chine, sous le nom de OSI CHINE. Les premiers membres sont Sciences Po Chine, Lan Bao Yang Investment Management, GDFSUEZ et Orange.

J.M. Peretti