Mesurer les impacts de la finance sur la biodiversité

Comment mesurer de façon standardisée les impacts des activités économiques sur la biodiversité ? Cette mesure est une étape indispensable pour que les États et les acteurs économiques puissent s’engager sur des cibles chiffrées afin d’arrêter l’érosion de la biodiversité.

En 2020, lors de la COP 15, les États devront se mettre d’accord sur de nouveaux objectifs internationaux de limitation de l’érosion de la biodiversité, pour cela il leur faut des outils fiables.
Il ne faut pas confondre la COP Conférence des parties des Nations unies de la Convention sur la diversité biologique (COP 14 en novembre 2018 en Égypte, COP 15 prévue en 2020 en Chine) et la COP Conférence des parties des Nations unies sur les changements climatiques (notamment la COP 21 en France qui a donné lieu à l’accord de Paris).

La plateforme européenne Entreprises et Biodiversité (EU B), le groupe Measuring the Unmeasurable (MTU), la Plateforme des institutions financières pour une comptabilité biodiversité (PBAF) travaillent sur le sujet.
CDC Biodiversité a mis au point un outil de mesure, le Global Diversity Score (GBS), co-constuit dans le cadre du Club B4B+ des Entreprises pour une Biodiversité positive, qui regroupe 29 grandes entreprises et institutions financières françaises. Ces travaux font l’objet d’une publication présentée à la Conférence des Parties des Nations Unies (COP 14) de la Convention sur la diversité biologique (CDB) en novembre 2018.
CDB Biodiversité est une filiale de la Caisse des Dépôts qui intervient pour le compte de maîtres d’ouvrages publics ou privés qui lui délèguent le pilotage de leurs actions volontaires ou réglementaires (compensation), de restauration de la biodiversité et de gestion d’espace naturels ou paysagers. Elle mène aussi des travaux de recherche