Les Français et l'épargne responsable

 Les épargnants français s'intéressent aux impacts de leurs placements mais leurs conseillers financiers, qu'ils considérent comme une source privilégiée d'information en matière d'investissement socialement responsable, ne leurs proposent que rarement un tel placement.  Au total, 5% de l'échantillon déclarent avoir déjà investi dans un fonds ISR. On peut dire qu'il y a une marge d'amélioration.

 

Pour un peu plus de détails, voir le communiqué de presse de Vigeo Eiris à propos des résultats de la 9e enquête IFOP sur l'ISR (c'est nous qui soulignons).

"""Communiqué de presse Vigeo Eiris , Paris, le 25 Septembre 2018

L'intérêt des Français pour la finance responsable se renforce.
Résultats de la 9ème enquête Ifop pour Vigeo Eiris et le FIR
 
Quel est le niveau de connaissance et d'intérêt des Français pour l'Investissement Socialement Responsable (ISR) ? Quels sont en 2018, les tendances-clés et les nouveaux enjeux liés à cette forme d'investissement ?

L'enquête réalisée pour Vigeo Eiris, l'agence internationale de recherche et services ESG (Environnement, Social et Gouvernance) et le FIR (Le Forum pour l'Investissement Responsable) par Ifop pour la 9ème année consécutive confirme l'intérêt marqué des Français pour les produits d'épargne et d'investissement responsable, et révèle une forte attente de conseil de la part de leur établissement financier.
L'enquête nationale annuelle a été conduite en ligne du 24 au 28 août 2018 auprès de 1002 Français. Après un premier filtre, les questions relatives à l'investissement socialement responsable (ISR) ont été posées uniquement aux personnes détenant au moins un produit financier, soit à 87% de l'échantillon initial.
 
Les principaux résultats de l’enquête montrent que :
- 63% des Français déclarent accorder une place importante aux impacts environnementaux et sociaux dans leurs décisions de placements, un intérêt en nette hausse par rapport à 2017 (48%).
- Les sujets sociaux et sociétaux (emploi : 78%, respect des droits de l’homme : 76%, conditions de travail : 72%, égalité homme/femme : 70%) demeurent parmi les sujets que les sondés veulent voir pris en compte de façon prioritaire dans leur épargne, à côté des sujets environnementaux sur lesquels on note un intérêt croissant (pollution : 80% contre 70.4% en 2017, changement climatique : 71% contre 66.7% en 2017). L’éthique des affaires, thème 2018 de la Semaine de la Finance Responsable, n’est pas en reste puisque 64% des sondés estiment qu’il est important que ce thème soit pris en considération.
- Malgré cet intérêt, le concept d’ISR reste toujours méconnu du grand public dans la mesure où 65% des personnes interrogées déclarent n’avoir jamais entendu parler de l’ISR avant cette enquête. Ce chiffre se réduit à 59 % chez les détenteurs d’une assurance vie et 49% chez les détenteurs d’épargne salariale, et à 47% pour les Français investissant en bourse.
- 5% des Français déclarent avoir déjà investi dans un fonds ISR, un résultat en progression de deux points par rapport à 2017.
 - Pour les investisseurs individuels, les conseillers financiers constituent la source d’information privilégiée en termes d’ISR (61%), loin devant les ONG/associations de consommateurs (10%), les pouvoirs publics (9%), les médias (9%), les proches (6%), les réseaux sociaux (3%) ou encore les entreprises (2%).
- Si 46% des interviewés se déclarent prêts à demander des produits d’investissement socialement responsable à leur conseiller bancaire ou financier, l’offre de produits ISR reste toutefois peu mise en évidence par les établissements financiers : seulement 5% des personnes interrogées se sont vues proposer de l’ISR par leur conseiller.
 
Nicole Notat, Présidente de Vigeo Eiris déclare : « Les épargnants individuels portent un intérêt légitime et croissant aux impacts sociaux et environnementaux de leurs placements. C’est la responsabilité des professionnels de la finance de leur donner accès à des produits d’investissement véritablement responsables ».
 
Alexis Masse, Président du FIR ajoute : « Il est temps de donner le pouvoir à l’épargnant pour que l’élan pour plus de responsabilité sociale et environnementale devienne la norme dans la finance. Les acteurs gagnent chaque jour en maturité sur ces sujets. Les produits existent. Des tiers indépendants en attestent la qualité. Aux épargnants d’exiger l’ISR. » """"