Missive

warning: Creating default object from empty value in /home/gestiona/www/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 34.

Entreprises, droits humains et devoir de vigilance

« Droits de l’Homme et entreprises : performance, risques et opportunités », tel était l’intitulé de la conférence organisée par Vigeo-Eiris et Entreprises pour les droits de l’Homme le 21 février 2017.
Le même jour, l’Assemblée nationale adoptait définitivement la proposition de loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d'ordre. La même question était posée depuis le début de longue procédure d’adoption : l’adoption de cette loi serait-elle nuisible ou bénéfique en matière de performance des entreprises ? Les uns y voyaient des risques, les autres les opportunités. Si deux jours plus tard des parlementaires de droite saisissaient le Conseil constitutionnel, il s’est trouvé une voix LR pour voter cette proposition.

Le livre sacré

Pour les conservateurs d’ultra-gauche, le code du travail est un livre sacré « ni amendable, ni négociable ». Dans ce livre sacré le verset (ou sourate) fondamental affirme « le contrat de travail à durée indéterminée est la forme normale et générale de la relation de travail. » (Article L1221-, 1er alinéa).

Économie collaborative versus ubérisation

Roland Pérez, Professeur émérite des Universités, nous a fait l’amitié de nous autoriser à diffuser ce texte écrit en collaboration avec Sophie Mignon et Élisabeth Walliser, professeurs des Universités, respectivement à Montpellier et à Nice.
                À partir de « faits stylisés », les trois universitaires ont élaboré une échelle DECMA sur laquelle ils placent différentes modalités de services, ici le transport en voiture particulière mais le logement temporaire en appartement ou le bricolage pourraient tout autant servir d’exemple.

Plateformes et franchise : quel dialogue sur les frontières floues ?

 La loi Travail, ou plus exactement le « projet de loi visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actif-ve-s », mal préparé, mal assumé, mal géré, transformé de fond en comble sans grande cohérence, contient, au-delà de l’article 2 à propos duquel les partenaires sociaux et les politiques s’écharpent et l’opinion publique s’enflamme dans la plus grande confusion, quelques dispositions qui ne font pas l’ouverture des journaux télévisés mais méritent d’être regardées de près.

Édito : Egotismes et confusions

 Ci-dessous l'édito du numéro 68 de La Missive.

Édito : Egotismes et confusions
 
On aurait pu espérer une grande réforme du droit du travail largo sensu au début du quinquennat de François Hollande, mais les réformes sociétales ont apparemment épuisé la volonté réformatrice de l’exécutif qui a attendu l’année n-1 pour bâcler en ce domaine un texte qui ne satisfaisait personne.

Quelques notes de management

 Quelques notes de management

Des sons, des nombres, des traces… Les notes expriment des sons, créent de la musique et, partant, des émotions. Les notes sont des nombres qui synthétisent une évaluation, d’un travail scolaire par l’enseignant dans l’Éducation nationale, d’un produit ou d’une entreprise par une agence de notation dans le monde de la finance et celui de la RSE. Les notes, c’est aussi ce qu’on écrit pour garder trace en écoutant un professeur, un orateur, un conférencier.
Une note d’une page, c’est ce que demande un ministre ou un directeur général à ses collaborateurs, quelle que soit la complexité de la question traitée ; une note blanche, c’est un rapport non signé, chère aux renseignements généraux d’antan.
Ci-dessous quelques notes – dans l’acception qu’on voudra - sur le management, une note qui dépasse la longueur d’une page et n’est pas anonyme.

RSE et compétitivité

Le 10 février à l’École des Mines de Paris avait lieu la première séance d’un séminaire qui cherche à présenter « l’état des savoirs et les controverses scientifiques » en matière de RSE, organisé à l’initiative des universitaires de la Plateforme RSE. Cette séance avait pour thème propre « Parler ou non de compétitivité quand on parle de RSE ? »

VW : entre-soi et peinture verte

 Le groupe Volkswagen, devenu au premier semestre 2015 premier constructeur automobile mondial devant Toyota, est pris fin septembre en flagrant déni de tricherie à grande échelle et, comme cela se fait souvent, rejette la faute sur des lampistes ; d’après la communication du groupe, seuls « quelques développeurs » ont développé le logiciel truqueur sans en informer leurs supérieurs. Cela n’est pas sans poser quelques questions sur la gouvernance du groupe et sur sa conception de la responsabilité sociétale.

Le management du déménagement

 Deux colloques récents portaient sur des sujets relativement proches, celui de l’Observatoire des cadres s’intitulait Dis-moi quel est ton bureau, je te dirai quel est ton management et celui de Tedis –Territoire et dialogue social portait sur Logement, emploi et mobilité. Dans l’un et l’autre, il fut, entre autres, question de l’épineux problème de la distance entre logement et lieu de travail, exacerbé en cas de déménagement de l’entreprise. 

Des revenus des dirigeants d’entreprise

 Nous parlerons ici des rémunérations des dirigeants d’entreprise, des revenus de ces mêmes personnes et de leur transmission. Il ne s’agit pas d’une étude universitaire, simplement de quelques notes qui se veulent dépassionnées sur un sujet objet de fantasmes et de scandales.

Syndicate content