Missive

warning: Creating default object from empty value in /home/gestiona/www/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 34.

Donner c'est gagné

         En 2008, le magasin Auchan de Saint-Jean-de-la-Ruelle expérimentait une reprise de cartables : les consommateurs qui rapportaient un cartable usagé recevaient un bon de réduction pour l’achat d’un produit neuf. Au vu du succès rencontré (950 cartables récupérés sur ce seul magasin), Auchan a alors décidé d’étendre cette action à tous ses hypermarchés en France. En 2011, les 126 hypermarchés ont ainsi récupéré 82 000 cartables, 73 000 jeans, 34 000 chaussures et sacs, 33 500 livres, 26 000 pièces de textiles enfants, 21450 appareils électriques.

Des salariés en retrait

          La littérature économique et la presse se font régulièrement l’écho des problèmes que pose l’absentéisme des travailleurs, notamment du fait de maladie, d’une part aux entreprises qui voient leurs ressources humaines temporairement diminuées, d’autre part aux organismes de protection sociale qui indemnisent les arrêts de travail ; il ne faudrait pas oublier pour autant que c’est tout de même le salarié le premier impacté, et pas seulement financièrement.      Pourquoi les gens s’absentent-ils ? Les différentes études montrent que cela dépend des périodes, des régions, des entreprises et aussi de leurs caractéristiques personnelles (genre, âge, présence de maladie chronique, enfants en bas âge). De tous ces éléments, quels sont les plus signifiants ? Il semble bien que ce soit la nature du travail.

Absentéisme et organisation du travail

 L’absentéisme croissant des salariés dans les années 2000 n’est pas dû à leur mauvaise volonté mais découle directement de l’organisation et des conditions de travail. C’est la démonstration faite par la thèse en sciences de gestion de Grégor Bouville.

Re-ko-nai-sens

 Que vient chercher le salarié lorsqu’il se rend dans l’entreprise ? De l’argent ? Pas seulement. 

         En plus du salaire, le salarié vient chercher dans l’entreprise cinq choses, rassemblées dans le vocable re-ko-nai-sens.

Les deux extrémités de l’Eurasie

 

 La Chine et l’Europe communautaire occupent les deux extrémités du continent eurasiatique, terres très anciennement peuplées et industrialisées, elles se reconnaissent mutuellement depuis des siècles un haut degré de civilisation mais présentent aussi des caractères fort contrastés. Il n’est pas question ici de se livrer à un exercice de comparaison, indiquons simplement quelques traits.

Le confucianisme et l'économie de marché

« Aucun homme n’aime la pauvreté et une humble condition. Néanmoins, il ne faut pas chercher à y échapper si on ne peut le faire honnêtement », c’est cette maxime de Confucius que le professeur Luo Guoxiang de l’Université de WuHan a mis en exergue de sa contribution à la Missive. Il était la « cheville ouvrière » chinoise de l’atelier « Management responsable » du Forum Chine Europe et connaît fort bien la France où il a séjourné à plusieurs reprises. Il nous explique ici comment la tradition confucéenne se rapproche de ce que nous Européens appelons la responsabilité sociétale.

Entreprises et politique environnementale

 par Chloé Lespagnol, participante à l’atelier

(à l’époque stagiaire au Rongead, aujourd’hui volontaire civique au REFEDD, chargée du projet mobilité).

 L’Association SEE (Society of Entrepreneurs and Ecology), travaille dans trois grands domaines, à savoir contrôler la désertification et préserver la biodiversité dans la région d’Alxa (Mongolie intérieure), soutenir les ONG chinoises agissant dans le domaine de l’environnement et enfin encourager les entreprises installées en Chine à inclure la protection de l’environnement dans leur stratégie.

Management responsable

 

par Michel Dessaigne, responsable d’IRESCA, cheville ouvrière européenne de l’atelier

IRESCA a participé au Forum Chine Europe, organisé à WuHan, la capitale du Hunei, pour une première partie de travail en atelier portant sur le management responsable, et à Hong Kong pour la plénière.

Mais qu’est ce qu’IRESCA ?

Regards croisés

 par Michel Doucin, ambassadeur chargé de la Bioéthique et de la Responsabilité sociale des entreprises, cheville ouvrière européenne de l’atelier.

Dans son intervention liminaire, le représentant du syndicat unique, M. Lui Jichen, avait affirmé que son organisation souhaitait jouer un rôle de défense des intérêts des travailleurs dans tous les domaines et prioritairement dans l’application effective des lois sociales, encore trop largement violées en Chine, la RSE venant après ce préalable. Les intervenants européens ont souligné combien la qualité des relations sociales était une condition nécessaire d’une bonne pratique de RSE, et que le canal du dialogue entre la direction et les représentants syndicaux librement élus était essentiel à cet égard.

Dialogue entre Comités économiques et sociaux

 

par Béatrice Ouin, membre du Comité économique et social européen

 Du 22 au 24 juillet s’est tenu à Shanghai un séminaire conjoint entre les Comités économiques et sociaux européen et chinois sur le commerce et le développement.

Syndicate content