Gestion attentive newsletter

warning: Creating default object from empty value in /home/gestiona/www/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 34.

Édito: Syndicats et ONG

Marie-Noëlle AubergerLes organisations syndicales ont pour objet l’étude et la défense des intérêts matériels et moraux, tant collectifs qu’individuels, de leurs membres. Il en est de même de nombreuses associations. Les organisations non gouvernementales qui se réclament de la défense des droits de l’homme, de la sauvegarde de la nature ou de la solidarité internationale ont un but extérieur. Les syndicats n’ont pas toujours la même attitude concernant l’intérêt général, ils peuvent se limiter à la feuille de paye de leurs mandants ou porter un projet de société. Les ONG parlent et agissent au nom de ceux qui n’ont pas la parole ni les moyens d’agir, ce qui peut les conduire à imposer leur propre conception du bonheur des autres. Il peut y avoir des contradictions entre l’action des unes et des autres mais aussi à l’intérieur de chaque catégorie.

Valenciennes: des friches industrielles et du chômage, vers la culture et la cohésion

La ville de Valenciennes est la première en France a retransmettre les débats du conseil municipal en direct sur Internet. Ce fut aussi la première à créer, en 1993, un portail de ville, l'"anneau citoyen" qui permet à tout citoyen internaute de contacter la personne en charge du dossier qui l'intéresse.

Une proposition de loi sur la fiscalité environnementale

Mme Bernadette PAÏX, députée UMP, a déposé avec quelques collègues une proposition de loi de visant à mettre en place des mesures fiscales en faveur de l'environnement. Les députés rappellent qu'alors que la fiscalité traditionnelle vise à redistribuer la richesse économique, la fiscalité environnementale a pour objectif d'inciter à modifier les comportements vers des choix plus respectueux de l'environnement.

Les groupements d'employeurs pour l'insertion et la qualification

Il était une fois des employeurs qui avaient des problèmes de recrutement et de fidélisation de personnel. Ils se dirent qu'il existait un gisement potentiel de salariés: les personnes en difficulté. Ces employeurs astucieux ont alors créé les GEIQ - groupements d'employeurs pour l'insertion et la qualification - afin de transformer des personnes hors l'emploi en salariés qualifiés qu'ils espéraient fidèles.

Le CFIE, les rapports "loi NRE" et les indicateurs

"Loi NRE, année II, les entreprises sont-elles plus transparentes?", fin octobre, le Centre Français d'Information sur les Entreprises (CFIE) présentait son rapport. D'emblée, son directeur Martial Cozette précisait que l'analyse avait porté sur le niveau de transparence des informations données par les entreprises et que le CFIE n'en avait pas vérifié la correspondance avec la réalité. Dix-huit rubriques concernant trois volets (le social, le sociétal et l'environnemental) ont été examinées sous les deux critères de l'exhaustivité et de la précision. Le CFIE considère que, sous cet angle, 56% des rapports sont satisfaisants, versus 43% en 2003.

Édito: Indicateurs, critères, valeurs

Marie-Noëlle AubergerLes indicateurs de RSE se rapportent à des critères qui eux mêmes sont l'expression de valeurs, plus ou moins explicitées. Il nous semble que l'explicitation des valeurs sous jacentes au référentiel est indispensable, qu'elle est le fondement de la transparence qu'on peut attendre des fabricants de normes. Mais cette explicitation ne va pas de soi et le chemin qui mène des valeurs "universelles" (déclaration universelle des droits de l'homme et conventions fondamentales de l'OIT) aux indicateurs n'est pas linéaire et sans ambiguïté.

Une pièce de théâtre pour provoquer le débat

Parties prenantes. C'est le nom d'une pièce de théâtre pédagogique écrite par Stéphanie Savel et Jean-Pierre Gauthier d'ASG Conseil, présentée le 6 octobre aux ban et arrière ban du secteur de la RSE, après des répétitions actives auxquelles les proches apportaient un regard critique et une avant première à Développement et emploi.

Le dromadaire africain et la poule britannique

Ceva Santé animale fabrique des médicaments pour les animaux. Cette entreprise présidée par Philippe du Mesnil a en réalité deux métiers distincts correspondants à des marchés fort différents: celui des animaux de compagnie et celui des animaux dont les humains consomment les produits. Le premier est sociologiquement de plus en plus proche de la santé humaine et les acheteurs y sont relativement indifférents aux prix, le second connaît de réelles contraintes économiques. L'un et l'autre sont soumis à des contraintes réglementaires lourdes.

L'université d'automne du CFIE

La rencontre organisée le 20 septembre 2004 à Paris par le Centre Français d'Information sur les Entreprises sur "le rôle des parties prenantes dans la promotion de la RSE" a rassemblé beaucoup d'acteurs du secteur et a donné lieu à de multiples échanges. On trouvera ci-dessous l'essentiel de la table ronde et la présentation du groupe CFIE.

Édito: Pour la richesse ou pour la gloire?

Marie-Noëlle AubergerUn des leviers, et sans doute le principal, de la diffusion massive de la responsabilité sociale dans les entreprises sera l'intérêt économique. Les grandes entreprises sont tenues d'afficher leur souci de RSE mais seule une minorité de dirigeants d'entreprise petite ou moyenne, citoyens conscients de leurs devoirs, s'intéressent à la RSE pour des raisons de principe. La mise en conformité absolue avec les principes fondamentaux de l'Organisation internationale du Travail et la Déclaration universelle des droits de l'Homme, d'une façon générale la prise en compte des externalités - sans parler même de démocratie industrielle! - est une démarche exigeante, donc dispendieuse et chronophage, qui ne s'impose pas spontanément aux dirigeants qui ne sont soumis ni à la loi NRE ni à la pression de l'opinion. Le risque est alors que la RSE - réelle ou apparente, ceci est un autre débat - reste cantonnée aux très grandes entreprises médiatisées et aux militants d'une économie humaniste.

Syndicate content