RSE

warning: Creating default object from empty value in /home/gestiona/www/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 34.

Des recruteurs contre les bénévoles

On nous disait que dans leurs recrutements les entreprises cherchaient du "savoir être" autant que du "savoir" et du "savoir faire", que l'engagement sociétal était un plus... Eh bien, la récente étude du Centre d'études de l'emploi permet d'en douter. 

Non seulement avoir fait du bénévolat n'a pas un effet positif mais pour les informaticiens ce serait même un handicap. 

Si tu as d'autres centres d'intérêt que le boulot dans la vie, tu ne peux pas travailler pour moi... 

L'études est anonymisée, comme pour tous les travaux de recherche, on ne sait donc pas qui agit le plus mal. On peut simplement espèrer que ce ne sont pas des entreprises qui se réclament de la RSE...

Les deux extrémités de l’Eurasie

 

 La Chine et l’Europe communautaire occupent les deux extrémités du continent eurasiatique, terres très anciennement peuplées et industrialisées, elles se reconnaissent mutuellement depuis des siècles un haut degré de civilisation mais présentent aussi des caractères fort contrastés. Il n’est pas question ici de se livrer à un exercice de comparaison, indiquons simplement quelques traits.

Regards croisés

 par Michel Doucin, ambassadeur chargé de la Bioéthique et de la Responsabilité sociale des entreprises, cheville ouvrière européenne de l’atelier.

Dans son intervention liminaire, le représentant du syndicat unique, M. Lui Jichen, avait affirmé que son organisation souhaitait jouer un rôle de défense des intérêts des travailleurs dans tous les domaines et prioritairement dans l’application effective des lois sociales, encore trop largement violées en Chine, la RSE venant après ce préalable. Les intervenants européens ont souligné combien la qualité des relations sociales était une condition nécessaire d’une bonne pratique de RSE, et que le canal du dialogue entre la direction et les représentants syndicaux librement élus était essentiel à cet égard.

La Chine à la recherche de son modèle RSE

 par Marc Deluzet, Délégué général de l’Observatoire Social International

 Dans la République Populaire de Chine, la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est aujourd’hui devenue davantage un enjeu politique que le simple sujet d’études universitaires qu’elle constituait il y a quelques années.

Éthique, responsabilité et harmonie

 Éthique, responsabilité et harmonie

par Marie-Noëlle Auberger

 

Dans les échanges entre la Chine et l’Europe, les États-Unis d’Amérique ne sont pas toujours très loin, et il nous a semblé constater l’existence de trois conceptions de la responsabilité sociétale des organisations, dont les différences ne sont pas toujours bien explicitées. Pourtant, elles ont des racines historiques et une couleur idéologique bien différentes, même si elles peuvent se décliner dans des instruments plus ou moins communs, comme ISO 26 OOO, fruit de compromis historiques.

Normaliser la responsabilité sociétale

          Une norme pour la RSE reconnue internationalement... On aurait pu croire que l’Organisation Internationale du Travail, qui rassemble trois des principaux acteurs de l’activité humaine, à savoir les employeurs, les salariés et les Etats, se saisirait du problème et en émettrait des recommandations ; on aurait pu penser que l’Organisation des Nations Unies irait plus loin que le Pacte mondial (Global Compact) qui reste essentiellement déclaratif et sans contrôle… mais c’est, hors du système des Nations Unies, une association internationale de droit privé, l’Organisation Internationale de Normalisation, plus connue sous son sigle anglophone ISO (International Standard Organisation), qui a tenté de donner officiellement un cahier des charges de la responsabilité sociale des entreprises.

Responsabilité et sphère d'influence

 « L’ISO 26 000 présente des lignes directrices pour tout type d’organisation cherchant à assumer la responsabilité des impacts de ses décisions et activités et en rendre compte. »

 

Que contient ISO 26000 ?

 Avant-propos

Introduction

1 Domaine d’application

Lignes directrices pour tous types d’organisation, quelle que soit leur taille ou leur localisation.

2 Termes et définitions

3 Appréhender la responsabilité sociétale

Historique, caractéristiques de la responsabilité sociétale et relation entre le responsabilité sociétale et le développement durable.

4 Principes de la responsabilité sociétale

Instruments de mesure et d'information sur la RSE

On trouvera ci-dessous quelques extraits de l’avis "Instruments de mesure et d’information sur la RSE dans une économie globalisée" adopté le 8 juin 2005 par le Comité économique et social européen (rapporteuse Evelyne Pichenot), qui nous paraissent être toujours d’actualité.

Communiqué de 2005

Des entreprises responsables dans la transparence

Codes de conduite, chartes d’entreprise, labels, notation d’agence, lignes directrices, etc. sont les instruments utilisés pour apprécier le degré effectif de l’engagement volontaire des entreprises en matière de responsabilité sociétale – déclinaison micro-économique du développement durable.

 

Le Comité Economique et Social Européen a adopté le 8 juin 2005 à Bruxelles, à une très large majorité, un avis intitulé "Instruments de mesure et d’information de la responsabilité sociale des entreprises dans une économie globalisée" présenté par Evelyne Pichenot (expert du rapporteur, Marie-Noëlle Auberger).

 

Syndicate content