Missive 68

warning: Creating default object from empty value in /home/gestiona/www/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 34.

Le livre sacré

Pour les conservateurs d’ultra-gauche, le code du travail est un livre sacré « ni amendable, ni négociable ». Dans ce livre sacré le verset (ou sourate) fondamental affirme « le contrat de travail à durée indéterminée est la forme normale et générale de la relation de travail. » (Article L1221-, 1er alinéa).

Économie collaborative versus ubérisation

Roland Pérez, Professeur émérite des Universités, nous a fait l’amitié de nous autoriser à diffuser ce texte écrit en collaboration avec Sophie Mignon et Élisabeth Walliser, professeurs des Universités, respectivement à Montpellier et à Nice.
                À partir de « faits stylisés », les trois universitaires ont élaboré une échelle DECMA sur laquelle ils placent différentes modalités de services, ici le transport en voiture particulière mais le logement temporaire en appartement ou le bricolage pourraient tout autant servir d’exemple.

Plateformes et franchise : quel dialogue sur les frontières floues ?

 La loi Travail, ou plus exactement le « projet de loi visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actif-ve-s », mal préparé, mal assumé, mal géré, transformé de fond en comble sans grande cohérence, contient, au-delà de l’article 2 à propos duquel les partenaires sociaux et les politiques s’écharpent et l’opinion publique s’enflamme dans la plus grande confusion, quelques dispositions qui ne font pas l’ouverture des journaux télévisés mais méritent d’être regardées de près.

Édito : Egotismes et confusions

 Ci-dessous l'édito du numéro 68 de La Missive.

Édito : Egotismes et confusions
 
On aurait pu espérer une grande réforme du droit du travail largo sensu au début du quinquennat de François Hollande, mais les réformes sociétales ont apparemment épuisé la volonté réformatrice de l’exécutif qui a attendu l’année n-1 pour bâcler en ce domaine un texte qui ne satisfaisait personne.
Syndicate content