rémunération des dirigeants

warning: Creating default object from empty value in /home/gestiona/www/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 34.

Theresa May, Mirova et la rémunération des dirigeants

 Face à l’extravagance de la rémunération des patrons de grande entreprise, Theresa May (première ministre britannique) propose un plan d’action en quatre volets :

Franck Riboud: on renforce la finance en voulant la combattre

 

Pour Franck Riboud, il y a des luttes contre la financiarisation qui au contraire la renforcent. Le président du conseil d’administration de Danone, connu pour son franc-parler, en donnait deux exemples lors de la conférence de Vigeo Eiris, à propos de lois récentes ou en cours d’adoption, sur le salaire des patrons et sur les restructurations.



 

 

 

Des revenus des dirigeants d’entreprise

 Nous parlerons ici des rémunérations des dirigeants d’entreprise, des revenus de ces mêmes personnes et de leur transmission. Il ne s’agit pas d’une étude universitaire, simplement de quelques notes qui se veulent dépassionnées sur un sujet objet de fantasmes et de scandales.

Le "say on pay" : transparence et modération?

 
Une table ronde organisée à l’occasion des dix ans de l’Institut français des administrateurs a fait le tour de ce qu’on appelle le Say on pay, c'est-à-dire le fait de demander à l’assemblée générale des actionnaires d’une société de se prononcer sur la rémunération des dirigeants.

De la crise financière et de la gouvernance en Amérique

L’historien Jacques Marseille a un CV long comme un jour sans pain pour la connaissance duquel nous enverrons nos lecteurs sur la Toile. C’est en tant que "meilleur connaisseur de l’économie des Etats-Unis", auteur début 2007 d’un papier dans lequel il anticipait la crise, qu’il était invité par Daniel Lebègue à parler devant le public de l’Institut français des Administrateurs de "la crise et la gouvernance d’entreprise". L’IFA a aussi travaillé sur ces thèmes.

Edito: La décence et la mobilisation

Marie-Noëlle AubergerLa rémunération globale des dirigeants des grandes sociétés – des centaines de SMIC – fait scandale, en France comme aux Etats-Unis, surtout lorsque ces entreprises connaissent des difficultés et sont renflouées par le contribuable. On est aussi choqué, au moins en Europe, par les distributions de dividendes aux actionnaires des entreprises qui ont fait des profits mais s’apprêtent à réduire l’emploi – ou bien l’ont déjà fait. Et les distributions de stocks options à une partie du personnel quand on s’apprête à licencier une autre partie ne sont pas beaucoup plus respectables… Il faudra sans doute, sinon moraliser le capitalisme, au moins introduire plus de décence dans l’économie de marché.

Pour une gouvernance plus démocratique des entreprises

Le conseil d'administration, ils connaissent! Salariés syndiqués, ils ont été élus par les salariés – dans un cas, par les salariés actionnaires – pour participer au conseil d'administration de leur entreprise. Pendant des années, ils ont visité ce monde étrange et consanguin.

De la responsabilité fiduciaire à l'engagement

Les Rencontres Novethic du 27 septembre 2005 avaient pour thème "Engagement actionnarial et RSE". Ainsi que le rappelait Catherine Husson en introduction, l'engagement actionnarial, c'est-à-dire le fait d'utiliser son pouvoir d'actionnaire pour obtenir de l'entreprise un certain comportement, peut prendre la forme du dialogue direct ou du débat public en assemblée générale. Le dialogue direct peut être dual ou se placer dans le cadre d'une coalition d'actionnaires; le débat en assemblée générale des actionnaires obéit à des règles du jeu nationales. Ainsi dans la plupart des pays d'Europe il est difficile de déposer une résolution mais celle-ci, une fois votée, a une force contraignante alors que c'est l'inverse en Amérique du Nord.

Syndicate content