chômage

warning: Creating default object from empty value in /home/gestiona/www/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 34.

Gérer et non éradiquer le chômage

 Quelle que soit la qualité de ses agents, Pôle Emploi ne permet pas de lutter contre le chômage et doit simplement gérer le chômage de masse.

Livre Pole Emploi Jean-Marie Pillon

Pourquoi cette malédiction? Jean-Marie Pillon, aujourd'hui maître de conférences en sociologie à Paris Dauphine, nous livre un ouvrage édité par les Presses universitaires de Rennes, extrait de sa thèse soutenue en mai 2014 à Nanterre "Les rendements du chômage – Mesures du travail et travail de mesure chez les conseillers et les contrôleurs de gestion de Pôle emploi".

 

Indépendance et salariat : les frontières floues

Le « corpus » n°5 de la NRT Nouvelle Revue du Travail porte sur le thème « Indépendance et salariat » ; il a été dirigé par Sophie Bernard et Marnix Dressen qui ont fait appel à différents auteurs dont la plupart ont mené des enquêtes de terrain.

Chômage: le BIT et Pôle Emploi évoluent différemment

 Le ministère du Travail constate "une divergence grandissante entre l’évolution du nombre des inscrits à Pôle emploi, donnée administrative, et celle du nombre de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT), donnée d’enquête et de référence internationale.

Le ministre de l'Emploi dénonce l'inefficacité des services du même nom

Les mauvais résultats obtenus par la France en matière d'emploi s'expliquent aussi par la multiplicité des acteurs qui interviennent en la matière, sans coordination ni méthodes communes. Les Assedic accomplissent leur tâche assurantielle, l'ANPE fait de la mise en relation instantanée mais pas de gestion prévisionnelle des emplois, le dispositif de formation professionnelle est placé sous la responsabilité des conseils régionaux, les chambres consulaires vivent leur vie, tandis que les Missions locales et autres services de l'Etat agissent selon leur propre logique. Ce "système aux légitimités éclatées" est inefficient. Ce constat sévère était celui de Jean-Louis Borloo, ministre de l'Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement du gouvernement Villepin, lors de sa rencontre avec l'Association des journalistes de l'Information Sociale le 6 septembre 2005.

Syndicate content