Franck Riboud: on renforce la finance en voulant la combattre

 

Pour Franck Riboud, il y a des luttes contre la financiarisation qui au contraire la renforcent. Le président du conseil d’administration de Danone, connu pour son franc-parler, en donnait deux exemples lors de la conférence de Vigeo Eiris, à propos de lois récentes ou en cours d’adoption, sur le salaire des patrons et sur les restructurations.



 

 

 
L’Assemblée nationale a voté, dans le cadre de la loi Sapin 2, une disposition rendant contraignant le vote de l’assemblée générale des actionnaires en matière de rémunération des mandataires sociaux. Attention ! dit Franck Riboud, cela veut dire que le CA doit obéir aux ordres des actionnaires en toute circonstance. Il aurait été plus astucieux de d’imposer des critères pour la rémunération des dirigeants, comme c’est le cas à Danone où la rémunération tient compte par tiers de critères économiques, managériaux et d’ordre social et environnemental.
 
D’après la loi El Khomry, une entreprise a le droit de se restructurer si elle est en difficulté pendant quatre trimestres. Franck Riboud pense que c’est l’inverse qui devrait être prévu. Une entreprise doit restructurer quand les profits sont au plus haut, quand elle a les moyens que tout se passe dans les meilleures conditions. Les gouvernements français n’ont jamais pris de décision sur les fonds français, si bien que le CAC40 est aux mains des actionnaires anglo-saxons.
 
Une entreprise est comme un lion, s’il a faim, il vous dévore, s’il est repu, il vous laisse le caresser, poursuit-il. Si on laisse l’entreprise planifier sa productivité sur le long terme, on peut lui demander de gros efforts sur le partage de la productivité. L’entreprise doit se restructurer quand elle peut apporter les moyens de cette restructuration.
Pour Nicole Notat, cette réflexion « mérite d’être entendue », et la Présidente de Vigeo-Eiris se demande jusqu’où doit aller le pouvoir de l’actionnaire. Certains actionnaires s’intéressent à la performance globale de l’entreprise mais la plupart gardent un raisonnement purement financier.
Franck Riboud conseille de relire le Code civil, qui donne tout pouvoir aux actionnaires sur le chef d’entreprise, il serait d’après lui important que le chef d’entreprise soit garant de l’équilibre des intérêts des actionnaires et d’autres parties prenantes, notamment des salariés