Evolution des pratiques de reporting RSE de 2008 à 2014

 Vigeo vient de publier une étude sur sur l'évolution des pratiques de reporting RSE de 2008 à 2014, concernant 1 309 entreprises domiciliées en Europe, aux Etats-Unis, au Canada, dans la région Asie-Pacifique (Australie, Japon, Hong-Kong, Nouvelle-Zélande et Singapour) et sur un certain nombre de pays émergents.

 

Couv_Etude_r...

Voici ce qu'en dit l'agence elle-même : 

--- début de citation ---

"Des tabous et des sujets-phares : de quoi les entreprises rendent-elles compte ?"
Vigeo publie sa deuxième analyse des pratiques internationales de reporting RSE entre 2008 et 2014
----
La revue est issue de l'activité de Vigeo de notation des engagements et des risques de responsabilité sociale des émetteurs cotés en bourse. Elle a porté sur plus de 1300 entreprises ayant leur siège en Europe, en Amérique du Nord, dans la région Asie-Pacifique et dans une quinzaine de pays émergents.

Elle relève un mouvement spectaculaire d'universalisation de la publication d'engagements et d'informations de la part des entreprises cotées au sujet de leur responsabilité sociale et environnementale.

Les dirigeants des grandes firmes ont compris le besoin pour eux de s'adresser à une opinion qui devient transnationale, et qu'une époque a commencé où les marchés et la société au sens large vont leur demander une information allant au-delà de la diffusion d'états financiers réglementaires assortis de commentaires plus ou moins précis.

Les effondrements de titres réputés sûrs au moment de la crise ont légitimé et accru les demandes portées, selon les cas, par les investisseurs, les régulateurs, les Etats ou les associations de la société civile à l'égard des entreprises pour qu'elles améliorent la lisibilité de leur gouvernance et qu'elles fournissent des assurances sur leur prise en compte des dimensions environnementales, sociales, sociétales et éthiques de leurs activités.

Les constats de cette étude dessinent un tableau à la fois contrasté et riche d’enseignements pour tous ceux qui ont en charge de construire ou d’exploiter l’information publique des entreprises :

Un groupe d’entreprises leaders parvient désormais à dépasser les discours de caractère général sur le développement durable et à fournir une reddition extensive et de qualité sur la responsabilité sociale, ses objectifs, ses processus de mise en œuvre et ses résultats. Sur 31 entreprises ainsi différenciées à l’échelle mondiale, 19 sont françaises avec à leur tête le Groupe Société Générale.
Les rapports de responsabilité sociale se généralisent et gagnent en professionnalisme dans tous les continents et pays analysés : alors qu’en 2008, il était encore une pratique principalement nord-américaine, britannique et française, le reporting RSE s’est clairement universalisé au cours des quatre dernières années, et observe, désormais, même dans les pays émergents, la production de discours des firmes, assortis d’indicateurs sur leur responsabilité sociale et environnementale, leur gouvernance et leur éthique des affaires.
Les sujets de gouvernance, supposés être prioritairement destinés aux marchés financiers sont quantitativement les plus renseignés ; l’information relative aux facteurs environnementaux a fortement augmenté au cours des quatre dernières années (+10%).
En revanche, l'information sur les droits de l'homme, le dialogue social et l'intégration des standards sociaux et environnementaux dans les achats internationaux et dans la chaîne des approvisionnements internes des entreprises demeure le maillon faible du reporting sur la responsabilité sociale.
Il n'y a pas de lien entre la quantité et la pertinence de l'information. Des rapports concis, de quelques dizaines de pages, peuvent suffire à rendre intelligibles les facteurs de risques de responsabilité sociale et les processus managériaux dédiés à leur prise en compte, et se révéler donc plus utiles que des rapports de plusieurs centaines de pages pour l'analyse fondamentale des entreprises et leur dialogue avec leurs parties prenantes.
Si beaucoup reste à faire pour que l'information sur la responsabilité sociale soit mesurable, comparable et utile au dialogue et à réelle valeur ajoutée pour les décideurs et les investisseurs, l'étude fournit des listes de véribables leaders du reporting parvenant à mobiliser et à diffuser plus de 95% des indicateurs requis par le référentiel de Vigeo.

Pour Fouad Benseddik, Directeur de la Méthodologie et des Relations Institutionnelles de Vigeo : «Cette deuxième étude témoigne d’un changement auquel nous sommes fiers de contribuer chaque jour en tant qu’agence de notation de nouvelle génération ; le reporting des entreprises au sujet de leur responsabilité sociale est une composante sérieuse de leur performance. Celles qui respectent le mieux le droit de leurs parties prenantes à l’information sont celles qui rendent le mieux compte de leur capacité à créer durablement de la valeur».

--- fin de citation ---

On peut commander l'étude à partir du site de Vigeo.