Edito: Entreprises, associations, salariés et bien commun

Marie-Noëlle AubergerA une semaine d'intervalle se tenaient en septembre deux colloques portant peu ou prou sur les rapports entre entreprises et associations, l'une organisée par le Centre Français d'Information sur les Entreprises, l'autre par IMS - Entreprendre pour la cité et Admical.

Consommateur responsable et produits financiers

Quelle est la première responsabilité d'une entreprise? Pour la majorité des Français interrogés en février 2005 par Ethicity, la réponse est claire: assurer la sécurité de ses salariés par la pérennité de leur emploi. Elizabeth Pastore-Reiss, directrice d'Ethicity, qui présentait les résultats d'une étude de marketing pour les produits financiers responsables lors d'un petit déjeuner Novethic, note aussi une perte de confiance envers les grandes entreprises alors que les PME sont considérées comme plus fiables. Globalement, les Français sont très sceptiques sur la compatibilité des préoccupations sociales et environnementales et la recherche du profit.

Produits industriels: en attendant un bilan écologique global

On entend ce mois-ci sur les ondes françaises une publicité pour les sacs plastiques présentant ceux-ci comme un produit favorable à l'environnement, produisant de l'énergie par combustion dans les déchets ménagers. Cette campagne fait suite à une autre, par laquelle un grand distributeur présentait les dits sacs plastiques comme une nuisance écologique majeure et préconisait pour les remplacer l'usage de sacs de même matériau mais de plus grande contenance, réutilisables.

Tourisme de masse, tourisme social, tourisme responsable

Le tourisme, aujourd'hui une des très grandes branches économiques mondiales, est parfois farouchement décrié: transports polluants, destruction des écosystèmes naturels, bétonnage du littoral et de la montage et dénaturation du patrimoine culturel local sont portés à son passif. Ses défenseurs font état du grand nombre d'emplois créés, de l'amélioration de l'habitat, de la prospérité économique apportée, de l'ouverture à la modernité…

Edito: une société de consommation responsable?

Con-sot-mateur: les murs d'un certain mois de mai définissaient le consommateur comme doublement bête et voyeur. Une génération plus tard, le vocabulaire a évolué, le thème de la consommation responsable prolonge le refus du "consomme et tais-toi". Les campagnes comme De l'éthique sur l'étiquette et le développement du commerce équitable cherchent à faire du consommateur un acteur du développement durable, comme la RSE le fait du producteur, l'ISR de l'épargnant et l'Agenda 21 du citoyen.

Instruments de mesure et d'information sur la RSE dans une économie globalisée

135 pour, 2 contre, 18 abstentions: c'est avec des voix des trois groupes - employeurs, salariés, activités diverses - que le Comité économique et social européen a adopté le 8 juin l'avis 692-2005. Et pourtant le sujet - "Instruments de mesure et d'information sur la RSE dans une économie globalisée", apparaissait conflictuel lorsque Evelyne Pichenot, conseillère du groupe 3, le proposa au Conseil fin 2004. Le précédent avis du CESE sur la RSE avait porté sur le Livre Vert, à la demande de la Commission. Son processus d'adoption, alors marqué par un antagoniste certain entre les trois groupes, avait abouti dans la douleur en mars 2002. Depuis le sujet de la RSE restait maudit pour le Comité.

Les rapports de développement durable des entreprises canadiennes

Suite à une étude qu'elle a effectuée, CGA-Canada, l'association des comptables généraux accrédités au Canada, (Certified General Accountants Association of Canada) déplore le manque de comparabilité de l'information des rapports de développement durable émis par les entreprises canadiennes. L'instrument le plus utilisé est les lignes directrices du GRI, et plus de 40% des entreprises interrogées préconisent leur adoption. Mais les moins enthousiastes vis-à-vis de cette référence sont les entreprises de grande taille et celles qui sont les plus familiarisées avec elles.

Guide des organismes d'analyse sociale et environnementale

Comment s'y retrouver dans la flopée d'acteurs de la RSE? Pour aider, l'ORSE et l'ADEME sortent l'édition 2005 du "Guide des organismes d'analyse sociale et environnementale", rédigé par Emilie Alberola, rapporteur de groupe de travail. Le guide papier fait en quatre-vingt pages le tour du secteur, il est accompagné de fiches sur les acteurs analysés. Enfin presque, car le Centre Français d'Information sur les Entreprises, cité à plusieurs reprises dans le guide proprement dit, n'a pas de fiche.

Edito: Mesurer la RSE

Marie-Noëlle AubergerComment mesurer la responsabilité sociétale des entreprises? Comment apprécier objectivement la façon dont la direction prend en compte les externalités produites par l'action de l'entreprise, la manière dont elle répond aux demandes explicites et implicites des parties prenantes?

La convergence de cinq référentiels européens en matière de RSE

La Commission de normalisation "Développement durable et responsabilité sociétale" de l'AFNOR a entendu le compte-rendu par Karen Delchet d'une analyse de cinq référentiels européens en matière de RSE. Une première étude avait été conduite en 2003 sous l'égide de la Direction Générale Entreprises de l'Union européenne, portant sur Sigma, AA1000, VMS et Q-RES, conduisant à un rapport européen. Afin d'élargir ce rapport à SD21000, il a été procédé à une étude bibliographique de fond sur les différents référentiels, puis des tables rondes dans les différents pays ont permis aux entreprises européennes d'échanger entre elles, pour arriver à un rapport final en mars 2005.

Syndicate content